Parcours de la reconnaissance

À propos

Il s'agit ici d'établir une pensée de l'agir.
En effet, la stature thématique et inaugurale que Descartes et Locke ont donné à la réflexion sur le soi, puis l'extension, grâce à Kant, de cette problématique réflexive au domaine pratique ne se sont opérées qu'au seul bénéfice de la philosophie morale et de la philosophie du droit. L'enchaînement de ces « deux moments de pensée » ne débouche sur aucune théorie de l'action lacune qui contraste avec le statut accordé à la théorie de la connaissance. Or, sans théorie de la reconnaissance, point de théorie de l'agir. Paul Ricoeur propose donc, dans ce qui demeure son ultime ouvrage, un « parcours de la reconnaissance ».
On passera donc de l'actif (reconnaître un quelque chose en général, verbe actif qui intervient dans l'ordre de la connaissance) au passif (le soi demande à être reconnu : je reconnais activement quelque chose, des personnes, moi-même, mais je demande à être reconnu par les autres). « Et si, par bonheur, il m'arrive d'être reconnu par les autres, la reconnaissance devient gratitude. » Ainsi se conduit une pensée de l'agir qui est « réflexion sur les capacités qui ensemble dessinent le portrait de l'homme capable ».



Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie

  • EAN

    9782070300327

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    448 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    230 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Paul Ricoeur

Philosophe considérable, il a consacré sa réflexion à l'analyse du sujet (Soi-même comme un autre, 1990), de son action et de son rapport au temps (Temps et Récit, 1983, 1984, 1985), dans un dialogue constant avec la psychanalyse, la linguistique, le structuralisme mais aussi les théories sociales et politiques (L'Idéologie et l'Utopie, 1997). Il a également renouvelé les recherches exégétiques et bibliques (Penser la Bible, 1998, Lectures 3, 1994).

empty