À propos

Au bout de la langue : je l'ai sur le bout de la langue - ce n'est pas un baiser dont il s'agit, mais d'un mot. Je le cherche, il ne vient pas, mais je sens qu'il est là. Oui, mais où ? Où sont donc les mots qui sont « au bout de la langue » ? Et d'où viennent-ils ? Se poser cette question c'est s'interroger sur une étrangeté : dans plusieurs langues que nous parlons le mot « langue » renvoie à la fois à l'organe et à la capacité de parole, à ce qu'une longue tradition de pensée considère comme le propre de l'homme. Que nous dit cette ambiguïté ? Fait-on assez attention à notre langue ? Connaît-on ses pouvoirs ? Il semble qu'on se soit avertis des risques qu'elle fait courir. Est-ce donc parce qu'elle seule a la capacité de rentrer et de sortir du corps qu'on y voit un symbole de liberté et qu'on menace de la couper pour punir ceux qui l'ont trop déliée ? Au bout de la langue, on touche, on goûte, on mange, on respire. Au bout de la langue, on parle et on vit. C'est une affaire sérieuse que celle qui relie l'expression et la prononciation. Il faut faire attention à notre langue qui nous abrite comme lorsque Pantagruel, le géant de Rabelais tire la langue et protège son armée en les couvrant comme une poule couve ses poussins. On se livre donc ici à un examen attentif de ce que la langue dit de la langue. Cet examen est la condition d'une réflexion sur la liberté d'expression.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités


  • Auteur(s)

    Martin Rueff

  • Éditeur

    Bayard

  • Distributeur

    Hachette

  • Collection

    Les Petites Conferences

  • EAN

    9782227501263

  • Disponibilité

    À paraître

  • Support principal

    Grand format

Martin Rueff

Après avoir enseigné à Bologne et à Paris VII, Martin Rueff (né en 1968), est aujourd'hui professeur de littérature française et d'histoire des idées à l'université de Genève. Il est critique, traducteur et publie des livres de
poésie. Il est rédacteur en chef de la revue Po&sie fondée par Michel Deguy et dirige les Annales Jean-Jacques
Rousseau. Comme traducteur il s'est occupé de l'œuvre de poètes italiens (Zanzotto, Cecchinel, De Signoribus)
mais aussi de philosophes et d'historiens (Agamben et Carlo Ginzburg). Aux éditions Nous il a publié en 2019
un livre de poésie, La Jonction et, en septembre 2023, le recueil d'inédits d'Italo Calvino, Liguries.

empty