à la recherche du temps perdu Tome 3 : Le Côté de Guermantes

À propos

« Mais ici, dans le premier salon du faubourg Saint-Germain, dans la galerie obscure, il n'y avait qu'eux. Ils étaient, en une matière précieuse, les colonnes qui soutenaient le temple. » Troisième volet d'À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes est un roman de l'ascension sociale. Orchestré autour du nom et de la personne de la duchesse de Guermantes, il retrace l'intégration progressive et désenchantée du héros bourgeois au faubourg Saint-Germain. Ouvert par une installation dans la propriété parisienne des Guermantes, il évoque la succession de rêveries perdues sur ce nom, explore le monde des domestiques, de l'aristocratie, du théâtre, de l'armée et des médecins. C'est l'amour du détail qui impressionna le plus les premiers lecteurs du Côté de Guermantes, publié en deux volumes en 1920-1921. Proust s'y fait l'observateur minutieux d'une noblesse aveugle à son propre déclin, et livre une formidable « fresque composée de miniatures » où, déjà, affleurent les pressentiments secrets de bouleversements à venir.

Édition de Yuji Murakami.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Marcel Proust

  • Éditeur

    Le Livre De Poche

  • Distributeur

    Hachette

  • Date de parution

    24/04/2024

  • Collection

    Classiques

  • EAN

    9782253240419

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    1 088 Pages

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains.
Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.
Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty