À propos

« L'image en temps réel ». Du tsunami de décembre 2004 à l'exécution de Saddam Hussein deux ans plus tard, la technologie numérique semble avoir fait la démonstration de sa supériorité absolue sur la bonne vieille photographie argentique. L'explosion des ventes d'appareils de prise de vue numérique, la généralisation des téléphones portables avec « appareil photo intégré » en témoignent. Mais si la vitesse de la transmission impressionne, elle marque aussi, même si cela semble moins visible un tournant dans notre rapport aux images. Christian Caujolle, fondateur de l'agence Vu, et qui fut de 1981 à 1986 « l'âme » de la photo à Libération, s'interroge ici sur le sens et les conséquences de ce tournant. L'irruption du numérique a en effet de multiples conséquences. Les conditions de la production des images ne sont plus les mêmes, dès lors que les coûts et les moyens de transmission ont radicalement changé. Les professionnels sont concurrencés par les « amateurs ». Le regard de celui qui « prend la photo »
n'est plus le même, il n'est pas porté par la même intention, ni par le même geste, ni par la même temporalité. Le fait que les images numériques soient infiniment reproductibles aussi bien qu'immédiatement effaçables, qu'elles restent le plus souvent virtuelles, stockées en nombre sur le disque dur d'un ordinateur, posent la question la mémoire que nous allons constituer avec elle, tout autant que celle de la nature de l'information qu'elles véhiculent D'autant qu'elles sont infiniment malléables, retouchables, manipulables, dans un monde qui conserve néanmoins l'idée que l'image fait foi. Dès lors se pose la question de savoir comment nous regardons le monde et nous-mêmes, quelle
représentation nous en donnons. En quelques mots L'irruption du numérique bouleverse notre rapport à l'image et à l'information. La place du photographe professionnel et du photoreportage est remise en cause par le recours aux images « spontanées » envoyées par les « témoins immédiats ». Pour autant, savons nous bien comment nous regardons ces images ? De quelle « grammaire » usons-nous pour les lire ? L'analyse d'un « oeil » parmi les plus avertis...

Philosophe de formation (élève et collaborateur de Michel Foucault, Roland Barthes et Pierre Bourdieu) Christian Caujolle est entré à Libération comme critique photo en 1978. De 1981 à 1986, il est rédacteur en chef chargé de la photographie : c'est lui qui concevra les numéros spéciaux consacrés à Sartre et à Cocteau. En 1986, il crée l'agence photographique VU. En 1997, il est directeur artistique des Rencontres internationales de la photographie de Arles. L'année suivante voit la naissance de VU' la galerie... Christian Caujolle enseigne à l'École nationale supérieure Louis Lumière, et à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il a été également commissaire de très nombreuses expositions photographiques au niveau international.


Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie


  • Auteur(s)

    Christian Caujolle

  • Éditeur

    Buchet Chastel

  • Distributeur

    Sodis

  • Collection

    Documents Buchet

  • EAN

    9782283022856

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Christian Caujolle

Christian Caujolle (né le 26 février 1953). Entre 1981 et 1986, il devient le rédacteur en chef chargé de la photographie
à Libération. À ce titre, conçoit les numéros spéciaux consacrés à Jean-Paul Sartre et Jean Cocteau.
Il est également l'un des fondateurs et le directeur artistique de l'Agence VU. Il est l'auteur de nombreuses monographies
liées au monde de la photographie. ( Lartigue, Klein, Salgado, Beard...)

empty