Lettres 1926-1955 (Postface Thomas Augais ; Ediition Germain Viatte)

À propos

La très importante rétrospective Nicolas de Staël qui se déroule, du 15 septembre 2023 au 21 janvier 2024, au Musée d'Art Moderne de Paris nous incite à rendre plus accessible encore l'unique recueil de ses lettres complètes, publié pour la première fois en 2014 et réimprimé dans une édition augmentée en 2016. C'est l'intégralité de ce volume qui est ici repris, sous une forme plus compacte grâce au papier plus fin mais tout aussi lisible, avec en annexe quatre lettres inédites au critique Georges Duthuit qui ont été retrouvées depuis. Sur la vie d'un artiste de cette importance, les lettres constituent un témoignage aussi capital, aussi passionnant que le sont par exemple celles de Van Gogh à son frère Théo et à ses proches. Ce qu'écrivait André Chastel dès leur première publication en 1968 : « Le public ignore en général l'ampleur et l'intérêt exceptionnel de cette correspondance qui [...] livre en quelque sorte l'autobiographie du peintre, dans le rythme même du vécu, dont aucun récit ne serait capable de restituer la puissance et la fierté » est non seulement toujours vrai, mais l'est même davantage encore car le corpus dont parlait l'historien s'est depuis enrichi de plus de 200 lettres inédites, dont une grande part de celles à Françoise Chapouton, sa deuxième épouse, et surtout toutes les lettres conservées par Jeanne Polge, pour laquelle le peintre éprouva une passion dévorante et qui éclairent d'une lumière nouvelle ses dernières années. L'appareil critique de Germain Viatte, ancien directeur du Musée national d'art moderne, permet de comprendre le contexte dans lequel les lettres sont écrites et par conséquent de lire ce livre comme la plus complète et éclairante des biographies. Le texte de Thomas Augais, qui vient en postface, souligne à juste titre combien l'écriture a tenu une grande place dans la vie du peintre, et quels furent ses rapports à la poésie.
C'est Staël dans son agitation, ses voyages, ses conflits, ses professions de foi, ses violences, ses hésitations... On y trouve aussi bien le récit des années de formation en Espagne et au Maroc que, dans la période des « lettres d'affaire », lorsque la gloire est venue, le dialogue avec des personnalités comme René Char, Pierre Lecuire ou Paul Rosenberg. Comme le résumait parfaitement Chastel : « Les lettres apportent donc tout ce qu'on a besoin de savoir - et au-delà - de Nicolas de Staël. Elles font paraître et parfois scintiller la constellation de personnes, de noms, d'intérêts, de curiosités qui accompagne, avec des changements nombreux et des évanouissements passagers, le parcours d'un être fort. »


Rayons : Arts et spectacles > Peinture / Arts graphiques > Histoire de la peinture


  • Auteur(s)

    Nicolas de Staël

  • Éditeur

    Le Bruit Du Temps

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    20/10/2023

  • Collection

    Grande Poche

  • EAN

    9782358731928

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    740 Pages

  • Longueur

    19.8 cm

  • Largeur

    12.8 cm

  • Épaisseur

    3.1 cm

  • Poids

    596 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Nicolas de Staël

  • Naissance : 1-1-1914
  • Age : 110 ans

Né en 1914 en Russie,  ls d'un général proche du Tsar qui choisira l'exil au moment de la Révolution, orphelin
très tôt, Nicolas de Staël fera ses études en Belgique, chez les Jésuites puis à l'Académie des Beaux-Arts. Mais les
vraies années de formation sont des années de voyage, en Espagne puis au Maroc où il rencontre Jeannine Guillou
et en Italie. Les années de « la vie dure », à son retour en France en 1938, n'entament en rien sa vocation de peintre.
Son attachement à sa nouvelle famille (il s'est remarié en 1946 avec Françoise Chapouton), ses compagnonnages
littéraires (René Char, Pierre Lecuire), la gloire et l'aisance qui lui viennent après sa première exposition à New
York en 1953, ses amours (pour Jeanne Polge devenue son modèle), son art même ne su sent pas à apaiser sa soif
de lumière. Il choisit de mettre  n à ses jours en mars 1955.

empty