À propos

Que font les émotions à la culture et, inversement, que fait la culture à nos émotions ? C'est à cette double question, peu traitée par les sciences sociales, que répond cet ouvrage. Lire la suite

Quoi de commun entre les fans d'Indochine, les galeristes contemporains, les publics de la téléréalité, les joueurs de jeux vidéo, les médiateurs culturels et les lecteurs de livres ? Ces champs culturels a priori très éloignés nous font - parfois en même temps - vibrer, aimer, pleurer, rire aux larmes, bondir de peur, jubiler, frémir de colère ou encore détester des histoires, des personnages, des situations, des moments... Si les émotions sont recherchées par les artistes, les producteurs d'objets culturels ou les médiateurs, elles sont également au coeur des narrations sur les contenus culturels qui, en retour, vont contribuer à les diffuser. En d'autres termes, non seulement les productions culturelles sollicitent des émotions, mais elles participent à leur définition, à la manière de les gérer et de les mettre en scène selon les circonstances. Que font les émotions à la culture et, inversement, que fait la culture à nos émotions ? C'est à cette double question, peu traitée par les sciences sociales, que répond cet ouvrage qui rassemble des contributions originales de chercheuses et chercheurs français et étrangers en sociologie, en sciences de l'information et de la communication et en sciences de l'éducation.


Sommaire

Introduction
Les émotions et la culture : une rencontre difficile mais féconde
Pourquoi est-ce que les sociologues français·es de la culture n'aiment pas les émotions ?
Une dévalorisation de l'objet émotion
Les difficultés méthodologiques à saisir les émotions
La division du travail scientifique
Le « mauvais genre » des émotions
Des pistes de recherches fécondes... mais trop peu investies empiriquement
Des objets et pratiques culturelles peu investies par les sociologues des émotions
Penser les émotions : difficultés et précautions méthodologiques
Ce que la culture fait aux émotions...
... et ce que les émotions font à la culture

PREMIERE PARTIE
Penser les émotions

Chapitre I
Le « tournant émotionnel » en sciences sociales : intérêts et limites
La constitution d'un intérêt partagé pour les émotions
Les bénéfices de l'entreprise
Rester vigilant à l'égard des prénotions et du sens commun
Choisir et délimiter son objet
Pour un effort de cumulativité
Du statut d'objet à celui d'instrument de lecture
Dernières précautions méthodologiques
Trois voies à poursuivre ?

Chapitre II
Tracer le trac : esquisse anthropologique d'une passion
Le langage social du trac
L'analyse culturelle d'une passion
La formation artistique d'une peur normale
Les transformations cliniques d'une peur professionnelle pathologique
La diffusion culturelle de l'idéal d'aisance publique

DEUXIEME PARTIE
Produire des émotions

Chapitre III
La production culturelle des émotions : soins et compassion dans la téléréalité
L'importance des émotions dans l'analyse culturelle
La téléréalité, la mise en scène des émotions, et les « tournois de la valeur »
La téléréalité britannique : un théâtre de cruauté ou un espace d'opportunité ?
La production dans les circonstances actuelles
Formes d'échange et travail culturel
La rémunération et les droits
Individus résilients ou conditions de travail difficiles
Conclusion : le care comme stratégie créative ?

Chapitre IV
Faire advenir les émotions d'une politique culturelle : le rôle des médiateur·rices des institutions culturelles
Rendre possible la consommation effective en mettant à distance les « émotions négatives »
... Mais pas n'importe quelle émotion « positive » : le plaisir esthétique comme objectif ultime
Des émotions positives du point de vue du public, mais qui signalent des échecs aux yeux des médiateur·rices
Les émotions reposant sur l'esthétique, supposées plus intenses
Comment faire advenir les émotions de la démocratisation de la culture ?

Chapitre V
L'amitié comme ressource professionnelle : l'exemple des galeristes d'art contemporain et de leurs « amis/clients » (ou comment effacer la relation marchande pour mieux vendre)
Une sociologie des émotions récente, une sociologie des sentiments qui reste encore largement à construire
Une activité professionnelle largement placée sous le signe de l'affectif
Une notion centrale dans le monde des galeries, celle d'amitié et ses temporalités
L'amitié, une ressource professionnelle qui s'entretient et se travaille
Même à visée professionnelle, les histoires d'amitié finissent mal (en général)

Chapitre VI
Développer le « plaisir de lire » et le « goût » de la lecture à l'école primaire : normes sociales de distinction, hiérarchie des plaisirs et naturalité des sentiments
L'inscription du plaisir dans le curriculum scolaire de 1923 à nos jours : du « travail bien fait » au « plaisir de lire »
De 1923 à 1972 : la lecture, un dur labeur
Les critiques des enseignant·es et des partenaires culturels : vers un « plaisir de lire » hédoniste
Entre ascèse et hédonisme : l'évolution du « plaisir de lire » dans les instructions officielles de 1972 et nos jours
Les pouvoirs de la littérature de jeunesse ? Motivation, « plaisir de lire » et goût de la lecture : analyse d'une doxa didactique et pédagogique
L'émergence du « plaisir de lire » et de la littérature comme « terrain de jeu » : de la théorie littéraire à l'école
La « magie » du livre de littérature de jeunesse
« Bons » et « mauvais » livres : hiérarchies des livres et degrés de valeur du plaisir

TROISIEME PARTIE
Éprouver les émotions

Chapitre VII
Filles et zines des années 1990. En quête de nouvelles formes sociales et de subjectivité en des temps incertains

Chapitre VIII
Du partage des émotions comme mode de (dé)légitimation de la passion : une exploration des pratiques numériques des fans du groupe Indochine
Partager des émotions musicales à l'ère du numérique
De l'écoute musicale à l'expérience visuelle
Images, émotions et pratiques numériques
Objet, contexte et méthodologie de la recherche
Une enquête ethno-sémiotique
Indochine, un groupe (im)populaire ?
Partager des émotions pour légitimer la passion
Une passion présentée comme une bataille
La légitimation aux yeux des non-fans comme moteur des pratiques numériques
Modalités de partage des émotions

Chapitre IX
Les émotions à l'oeuvre : raisons et sentiments liés au livre de chevet
Le coup de foudre
La rencontre
L'obsession
Du rire aux larmes : la palette des émotions
Rire
Rire et pleurer
Des émotions non genrées ?
L'apaisement et la sérénité

Chapitre X
Du plaisir à la rage : émotions et maîtrise de soi chez les joueurs de FIFA
Compétition et socialisation masculine
Engagement compétitif sur FUT et émotions
Les jeux vidéo de sport : expérimenter ses émotions pour les maîtriser
La maîtrise de ses émotions : entre temporalités émotionnelles et modes d'engagement


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Biographies / Monographies


  • Auteur(s)

    Christine Détrez, Kevin Diter, Sylvie Octobre

  • Éditeur

    Presses De Sciences Po

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    19/04/2024

  • Collection

    Coeditions

  • EAN

    9782724641257

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    272 Pages

  • Longueur

    20.9 cm

  • Largeur

    13.8 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    322 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Christine Détrez

  • Naissance : 25-8-1969
  • Age : 55 ans
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Christine Détrez est professeure de sociologie à l'ENS de Lyon. Ses travaux de recherche portent sur la sociologie de la lecture, de la culture et du genre. Elle est l'autrice de nombreux livres (le dernier étant My Bloody Valentine, Denoël, 2018).

Kevin Diter

Sylvie Octobre

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Sylvie Octobre est sociologue, chargée d'études au département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture. Elle s'intéresse en particulier aux pratiques culturelles des enfants et des jeunes, et aux questions de genre.

empty