Peindre, comme on chante en marchant

Traduit du GREC ANCIEN par VICTOR BERARD

À propos

En 1512, Maître Mathis, dit Grünewald, commence à peindre à la commanderie des Antonins À la même époque, naît dans cette ville alsacienne le fils d'un menuisier dont l'enfance sera illuminée par les images du retable et par l'artiste, au point qu'il voudra devenir peintre. Il sera typographe, mais gardera l'espoir d'apprendre à peindre avec le maître d'Issenheim et rien ne le détournera de sa passion. Ni son métier, qu'il exerce avec talent, ni la soif de connaître et de comprendre les découvertes et les bouleversements du siècle de la Réforme, ni les événements tragiques de la Guerre des Paysans à laquelle il participe, ni les personnalités et les artistes qu'il rencontre, ni les amis qu'il se fera en voyageant. Après des années d'errance et de recherche, il retrouve Maître Mathis à Halle et partage la vie de l'artiste jusqu'à sa mort. Beaucoup plus tard, devenu imprimeur à Amsterdam, et un peintre médiocre, il décide d'écrire ses mémoires afin de témoigner pour le peintre tombé dans l'oubli à la fin du XVIè siècle...


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique


  • Auteur(s)

    Béatrice Tanaka

  • Traducteur

    VICTOR BERARD

  • Éditeur

    Kanjil

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Date de parution

    24/09/2012

  • EAN

    9782916046129

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    365 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty